Jamais trop tard: deviens bijoutier à 43 ans

LES PROS VONT DE L’AVANT À L’INSTAR DE Faik Kelmendi

Faik Kelmendi rêvait de faire des hautes études. Il n'a pas pu réaliser ce rêve à cause de la guerre au Kosovo. Doté d'une forte motivation, il vise maintenant en tant qu'adulte le diplôme de bijoutier CFC.

Jamais trop tard: deviens bijoutier à 43 ans

Vous avez commencé votre vie professionnelle sans avoir fait d’apprentissage. Pourquoi?
J’ai fait le lycée au Kosovo. Comme j’étais bon élève, je voulais étudier les sciences naturelles après la maturité. Cela n’a malheureusement pas été possible à cause de la guerre. J’ai émigré en Allemagne, où j’ai trouvé du travail et appris la langue. Puis, je suis arrivé en Suisse. Ma maturité kosovare n’y était pas reconnue. Mon rêve d’études s’est donc brisé une deuxième fois. J’ai alors trouvé une place de travail dans l’industrie horlogère, où j’ai été formé comme tailleur de pierres précieuses. Cette activité m’a tout de suite fasciné, alors j’ai continué à me former en autodidacte avec beaucoup de passion.

Aujourd’hui, vous travaillez en tant que bijoutier. Pourquoi souhaitez-vous obtenir une certification professionnelle?
Mon travail de bijoutier me permet de donner libre cours à deux de mes talents: ma créativité et ma sensibilité pour le travail des pierres précieuses. J’aime beaucoup cette profession. C’est pourquoi, il y a quelques années, j’ai ouvert mon propre atelier de bijouterie. Je disposais ainsi de toutes les conditions nécessaires pour obtenir une certification professionnelle. C’était un but que je m’étais fixé depuis de nombreuses années, mais que je n’avais pas encore pu atteindre à cause de ma situation personnelle.

À votre avis, quels sont les obstacles que rencontrent les adultes dans l’obtention d’une certification professionnelle?
Il faut être très organisé et très discipliné pour réussir à concilier vie de famille, travail et formation. C’est à mon avis la plus grande difficulté. Par conséquent, j’établis des plages horaires fixes pour la famille, mais également pour la formation et pour le travail. C’est ainsi que j’arrive à satisfaire aux différentes exigences et à passer aussi du temps avec ma femme et mes enfants.

Par qui êtes-vous soutenu et accompagné dans ce processus?
Ma femme m’est d’un grand soutien. Elle me motive quand ça devient difficile et me décharge des tâches familiales. Ensemble, nous discutons de certains points concernant les cours, ce qui m’aide beaucoup. En plus, ma femme connaît le système de formation professionnelle suisse et sait quels facteurs garantissent la réussite d’une certification professionnelle.

Qu’espérez-vous de cette certification professionnelle?
La formation me permet de relier mon expérience pratique à des connaissances théoriques afin de me construire des bases solides sur lesquelles je puisse évoluer. Plus tard, j’aimerais transmettre mon savoir et moi-même former des apprentis. Par ailleurs, grâce à la formation, je peux nouer des contacts précieux. Je continuerai à entretenir des échanges techniques avec mes collègues une fois que j’aurai fini ma formation. Je suis convaincu que cette certification professionnelle m’ouvrira de nombreuses portes.

Faik Kelmendi

Age 43 ans
Titre visé Bijoutier CFC (diplôme en 2018)
Voie choisie pour l’obtention de la certification professionnelle formation professionnelle initiale ordinaire
Entreprise Kelmendi’s Vom Seeland, Bienne

LE BON SCÉNARIO

Parcours professionnel & carrière (7 min)
La formation professionnelle supérieure


Links

Planification de la carrière professionnelle
Nouvelle orientation, formation continue, reconversion: l’orientation professionnelle vous donne des conseils pour planifier votre parcours professionnel et vous présente les offres de formation et de formation continue existantes.
Orientation professionnelle