APPRENDS EMPLOYÉE DE COMMERCE, DEVIENS OFFICIÈRE DE L’ÉTAT CIVIL

Les pros vont de l’avant, à l’instar de Sutharmena Satkunanathan

Sutharmena Satkunanathan n’a que 22 ans, mais elle endosse déjà d’importantes responsabilités. Elle célèbre par exemple des mariages. C’est l’une des fonctions de sa profession. La jeune femme est en effet officière de l’état civil dans la région de Viamala (GR) depuis l’été 2019 et sa famille est d’origine sri lankaise.

Vous êtes entrée dans le monde du travail en optant pour une formation professionnelle initiale d’employée de commerce. Pourquoi avoir choisi cette profession ?
À quatorze ans, il est difficile de se décider pour une carrière. J’ai donc passé un test d’intérêts dans un centre d’orientation professionnelle. Le résultat était clair : employée de commerce. Après plusieurs stages d’observation, j’ai postulé auprès de deux administrations communales différentes et j’ai ensuite choisi la place d’apprentissage que l’on m’offrait à la commune de Cazis.

Et aujourd’hui, vous êtes officière de l’État civil. Qu’est-ce qui vous a motivé à suivre une formation continue dans ce domaine ?
L’office de l’État civil de la région de Viamala se trouve dans le même bâtiment que l’administration communale de Cazis. C’est pourquoi j’ai déjà pu travailler dans ce domaine pendant mon apprentissage. Dans un office de l’état civil, on a à faire à des personnes de tous les milieux sociaux. On les accompagne dans des moments heureux de leur vie, mais parfois aussi dans les moments tristes : naissances, mariages, décès, etc. Toute la variété d’émotions liées à ces événements et les défis qui en découlent me passionnent. En plus des connaissances spécialisées, il faut acquérir d’énormes compétences sociales.

Quels obstacles avez-vous dû surpasser durant votre parcours de formation ?
J’ai dû me surpasser moi-même… (rire). Pour être plus claire, j’ai d’abord dû oser me lancer dans cette profession. Il n’est pas toujours évident pour les couples d’être mariés par une femme de dix ou vingt ans plus jeune qu’eux, voire plus. Au début, j’étais secondée par une collègue plus expérimentée. Entre-temps, je suis devenue plus sûre de moi et j’effectue maintenant toutes mes tâches de façon autonome.

Qu’avez-vous appris durant votre formation initiale qui se révèle aujourd’hui un atout dans l’activité que vous exercez ?
Pendant mon apprentissage, j’ai souvent travaillé au guichet, un endroit où l’on développe des compétences sociales pour accueillir les personnes de façon adéquate, même dans des situations délicates. Mes connaissances de base du système communal et de l’État me viennent aussi à l’esprit.

Pourquoi la formation continue en vaut-elle la peine ?
Elle permet d’obtenir des emplois plus intéressants et de relever des défis passionnants. J’ai aussi appris beaucoup de choses qui me servent dans ma vie privée. J’aimerais maintenant accumuler quelques années d’expérience professionnelle. Ensuite, je m’imagine tout à fait passer à l’étape suivante. Je me verrais bien travailler auprès de l’autorité cantonale de surveillance de l’état civil. La formation professionnelle offre un nombre incroyable de possibilités pour continuer de se former en fonction de ses intérêts.

Sutharmena Satkunanathan

Age 22 ans

Première profession

Employée de commerce CFC

Autres diplômes

Officière de l’état civil BF

Entreprise

Région Viamala / Commune de Cazis

LE BON SCÉNARIO

Parcours professionnel & carrière (7 min)
La formation professionnelle supérieure


Links

Planification de la carrière professionnelle
Nouvelle orientation, formation continue, reconversion: l’orientation professionnelle vous donne des conseils pour planifier votre parcours professionnel et vous présente les offres de formation et de formation continue existantes.
Orientation professionnelle