APPRENDS GRAVEUSE, DEVIENS INTERACTION DESIGNER

Les pros vont de l’avant, à l’instar de Laura Bayona

« Grâce à la formation professionnelle, vous pouvez à tout moment vous réorienter », explique Laura Bayona, designer de 29 ans. Elle a fui la Colombie et est arrivée en Suisse à l’âge de 14 ans. Aujourd’hui, elle travaille en tant que conceptrice graphique au sein d’une agence spécialisée dans la communication, l’identité de marque et les solutions numériques.

formation, formation continue, apprentissage, formation professionnelle

Vous êtes entrée dans le monde du travail après avoir suivi une formation professionnelle initiale de graveuse. Pourquoi cette profession ?
Je voulais devenir graphiste, mais les places d’apprentissage sont limitées dans ce métier. Pendant les cours préparatoires de l’École d’arts visuels que j’ai suivis après l’année de préparation professionnelle, j’ai découvert la technique de la gravure. Ce travail d’artisan de précision m’a beaucoup plu. J’ai donc également cherché une place d’apprentissage dans ce domaine ; et j’ai trouvé !

Aujourd’hui, vous êtes interaction designer. Qu’est-ce qui vous a motivée à suivre cette voie ?
Le métier de graveuse n’était pas suffisamment créatif ni manuel à mon goût. Aujourd’hui, la gravure se fait presque exclusivement par le biais de machines CNC. De plus, j’ai toujours eu pour objectif de travailler dans l’industrie graphique ou le secteur de la publicité. Après mon apprentissage, je me suis donc renseignée sur les possibilités de formation continue. La filière d’études en cours d’emploi de l’École d’arts visuels Berne et Bienne m’a interpelée. Aujourd’hui, je crée une identité visuelle et des campagnes médias pour des entreprises. L’idée d’allier fonctionnalité et design me fascine.

Quels obstacles avez-vous dû surmonter durant votre parcours de formation ?
Je suis arrivée en Suisse à l’âge de 14 ans, je ne parlais pas un mot d’allemand et j’ai dû trouver mes marques dans un nouveau système de formation. Je n’ai donc pas pu démontrer mon potentiel à sa juste valeur, ce qui constitue un handicap non négligeable pour la recherche d’une place d’apprentissage. J’ai aussi trouvé qu’il était difficile de choisir un métier à seulement 15 ans. En Colombie, la formation professionnelle n’existe pas : on fait sa maturité, puis on va à l’université. On a donc plus de temps avant de devoir se décider.

Qu’avez-vous appris d’essentiel durant votre formation initiale qui vous sert aujourd’hui dans l’activité que vous exercez ?
J’ai appris à travailler avec précision et à être organisée. Si on fait une erreur dans le motif gravé, on peut jeter la pièce entière. Mes connaissances en typographie me sont par ailleurs toujours utiles.

Pourquoi la formation continue en vaut-elle la peine ?
L’apprentissage est un bon point de départ. Aujourd’hui, il est toutefois de plus en plus difficile de garder son premier métier toute sa vie. L’économie et la technologie évoluent. Il faut donc continuer à se former en permanence. En outre, ce n’est généralement qu’avec l’expérience que vous vous rendez compte des domaines qui vous intéressent réellement. Grâce à la formation professionnelle, vous pouvez à tout moment vous réorienter. Le choix d’une profession ne doit pas être une source d’angoisse. Elle n’a pas besoin d’être celle de vos rêves. Le plus important est de faire son apprentissage. Ensuite, tout est possible.

Laura Bayona

Age 29 ans

Première profession

Graveuse CFC

Autres diplômes

Designer diplômée ES en communication visuelle / interaction design

Entreprise

Geyst AG, Zürich

LE BON SCÉNARIO

Parcours professionnel & carrière (7 min)
La formation professionnelle supérieure


Links

Planification de la carrière professionnelle
Nouvelle orientation, formation continue, reconversion: l’orientation professionnelle vous donne des conseils pour planifier votre parcours professionnel et vous présente les offres de formation et de formation continue existantes.
Orientation professionnelle