Apprends mécatronicienne d’automobiles, deviens diagnosticienne d’automobiles

Les pros vont de l’avant, à l’instar de Shane Bruchez

À l’école primaire déjà, Shane Bruchez savait qu’elle voulait faire de sa passion pour les voitures sa profession. Elle nous explique dans cet entretien comment elle a appris à s’imposer dans un monde de technique et pourquoi la formation continue lui semble indispensable.

Vous êtes entrée dans le monde du travail après avoir suivi une formation professionnelle initiale de mécatronicienne d’automobiles. Pourquoi cette profession ?
J’ai toujours été passionnée par les voitures. Quand j’étais enfant, j’aidais systématiquement mon père à changer les pneus et mes jouets préférés étaient des petites voitures. J’ai su très vite que je voulais travailler dans ce domaine. J’ai donc fait plusieurs stages d’observation en tant que mécatronicienne d’automobiles et j’ai finalement trouvé une place d’apprentissage, même si ça n’a pas été facile. Certaines entreprises étaient réticentes à former une jeune femme dans cette profession physiquement exigeante.

Aujourd’hui, vous êtes diagnosticienne d’automobiles. Qu’est-ce qui vous a motivée à suivre cette voie ?
Mon apprentissage m’a beaucoup plu et m’a confortée dans mon choix professionnel. J’ai donc eu envie d’en faire plus : apprendre de nouvelles choses et perfectionner mes connaissances en diagnostic d’automobiles. Et je me disais qu’avec un diplôme de la formation professionnelle supérieure, je serais encore plus prise au sérieux dans mon travail… (rires). C’est le cas et les clientes apprécient particulièrement d’être conseillées par une femme pour les questions techniques.

Quels obstacles avez-vous dû surmonter durant votre parcours de formation ?
La profession peut en effet se révéler physique. J’ai dû apprendre à travailler de façon ergonomique avec des objets lourds, notamment de gros pneus ou des outils au poids conséquent.

Qu’avez-vous appris d’essentiel durant votre formation initiale qui vous sert aujourd’hui dans l’activité que vous exercez ?
Durant mon apprentissage, j’ai acquis des connaissances de base sur les différentes marques de voitures. Ce savoir m’est toujours utile dans ma fonction actuelle. J’ai aussi appris à m’imposer en tant que femme dans une profession technique. Je tiens toutefois à préciser que la collaboration avec mes collègues et mes supérieurs a toujours été fructueuse et simple.

Pourquoi la formation continue en vaut-elle la peine ?
Dans la branche automobile, la technique évolue rapidement, aussi dans le domaine du numérique. Il est donc important de maintenir ses connaissances techniques à jour pour ne pas perdre le fil. La formation continue permet aussi de bénéficier d’un quotidien professionnel plus diversifié, car elle élargit le domaine d’activité et offre plus de responsabilités.

Shane Bruchez

Age 26 ans

Première profession

Mécatronicienne d’automobiles CFC

Autres diplômes

Diagnosticienne d’automobiles avec brevet fédéral

Activité actuelle

Responsable d’atelier et diagnosticienne d’automobiles

Employeur

Garage Olympic Paul Antille Martigny SA

LE BON SCÉNARIO

Parcours professionnel & carrière (7 min)
La formation professionnelle supérieure


Links

Planification de la carrière professionnelle
Nouvelle orientation, formation continue, reconversion: l’orientation professionnelle vous donne des conseils pour planifier votre parcours professionnel et vous présente les offres de formation et de formation continue existantes.
Orientation professionnelle