Grâce à mon CFC, je forme aujourd’hui des jeunes

Andrea Harder voulait travailler avec des jeunes et devenir formatrice. Pour ce faire, il fallait d’abord que ses qualifications professionnelles soient reconnues. Elle nous raconte dans l’interview comment l’idée d’un CFC lui est venue et ce que la certification a changé pour elle.

Madame Harder, vous travaillez depuis longtemps comme logisticienne. Pourquoi avoir opté pour une certification professionnelle dans une profession que vous exerciez déjà?
Je voulais approfondir mes connaissances, mais je n’avais pas de formation de base; il me manquait le certificat fédéral de capacité de logisticienne. Puis j’ai appris par un collègue que les adultes avaient la possibilité d’obtenir un CFC sans devoir effectuer nécessairement le parcours d’apprentissage habituel. Il m’a dit qu’il était possible de se préparer soi-même en cours d’emploi à un examen de fin d’apprentissage.

Que s’est-il passé ensuite?
À 38 ans, j’ai commencé un apprentissage et suis allée à école professionnelle un jour par semaine. Je n’oublierai jamais mon premier jour dans cette école. Je pensais que je serais la plus âgée, mais il y avait aussi une personne de 50 ans! (rires).

C’était comment l’école, pour vous?
Génial! J’adore apprendre de nouvelles choses. J’ai aussi aimé le fait d’être entourée par d’autres apprentis. J’ai encore des contacts aujourd’hui avec plusieurs camarades de classe.

Ne vous a-t-il pas fallu une discipline de fer pour vous préparer aux examens à côté de votre travail?
Oh si, la première année a été compliquée. J’ai dû m’habituer à un nouvel environnement. À l’école, j’ai appris énormément de choses sur ma profession bien que je l’exerce depuis longtemps.

Avez-vous bénéficié d’un soutien financier?
Je n’ai pas conclu de contrat d’apprentissage; j’ai continué à travailler comme logisticienne tout en me préparant pendant deux ans aux examens finaux. Comme j’allais à l’école un jour par semaine et que mon employeur ne me soutenait pas, j’ai dû réduire mon taux d’occupation de 10 %, et donc je percevais un salaire moins élevé. Toutefois, le canton m’a payé les frais de scolarité et j’ai pu compter sur un fort soutien moral de ma famille, ce qui s’est avéré essentiel, car j’ai eu plusieurs moments de découragement. Mais mon mari m’a motivée et m’a soutenue et cela m’a aidée à tenir bon!

Et qu’avez-vous ressenti lorsque vous avez réussi vos examens finaux et obtenu votre CFC?
J’étais super heureuse et ma famille aussi. Mes proches sont venus à la cérémonie de remise des diplômes.

Et aujourd’hui? Où en êtes-vous professionnellement parlant?
J’ai atteint mon objectif professionnel. Je suis formatrice indépendante pour l’Association Suisse pour la formation professionnelle en logistique. Je forme des jeunes dans les cours interentreprises. Pour moi, la certification professionnelle s’est avérée payante et je conseille à tout le monde de profiter de cette possibilité.

Andrea Harder

Âge: 43 ans
Position:

Logisticienne CFC, 
formatrice

CONDITIONS POUR OBTENIR UNE CERTIFICATION PROFESSIONNELLE À L’ÂGE ADULTE

Il existe en Suisse près de 250 formations professionnelles initiales. Les adultes peuvent eux aussi obtenir un certificat fédéral de capacité (CFC) ou une attestation fédérale de formation professionnelle (AFP) dans toutes les professions.

Pour obtenir une certification professionnelle, vous devez remplir les conditions suivantes:

  • Bonnes connaissances d’une langue nationale
  • Bonnes compétences de base
  • Motivation et persévérance


Témoignages

Témoignages