Je veux être un exemple pour mes enfants. Je fais donc un apprentissage à 36 ans

Adolescente, elle a arrêté sa formation. Par la suite, Natalie Weyeneth a jonglé pendant de nombreuses années entre sa famille et trois postes à temps partiel. Jusqu’à ce qu’elle décide, à 35 ans, de commencer un apprentissage de peintre CFC. Elle nous parle de sa décision.

Madame Weyeneth, à passé 30 ans, qu’est-ce qui vous a poussée à apprendre une nouvelle profession?
Quand j’étais adolescente, j’ai arrêté mon apprentissage dans la vente. Je suis ensuite devenue femme au foyer et maman. Je me suis réinsérée dans le monde du travail par le biais de la vente, mais sans avoir terminé ma formation. À  fin, j’avais trois postes en parallèle, tous payés à l’heure, et malgré tout, les fins de mois étaient serrées. À un moment donné, j’en ai eu assez. J’ai quitté mes trois emplois et je suis allée dans un office régional de placement.

Comment s’est passée la suite?
L’office régional de placement m’a proposé de faire une formation et de me soutenir dans cette démarche. J’avais déjà entendu à la radio qu’il était possible de faire un apprentissage à l’âge adulte. Quand on m’en a parlé, j’ai sauté sur l’occasion. J’ai pu faire une période d’essai chez mon employeur actuel, où on m’a tout de suite proposé une place d’apprentissage.

Pourquoi avez-vous choisi de faire un apprentissage plutôt que de chercher un travail à 100 %?
J’aimerais être un exemple pour mes enfants. Et honnêtement, de nos jours, on ne va nulle part sans diplôme reconnu.

Vous faites un apprentissage tout en ayant une famille. Comment gérez-vous cette situation financièrement parlant?
Mon employeur me verse un salaire normal d’apprenti, lequel est complété par l’office régional de placement pour atteindre le minimum vital. En faisant un apprentissage, j’investis forcément dans un avenir financier plus sûr.

Avant, vous aviez trois postes en parallèle. Maintenant, vous êtes à nouveau en formation. Qu’est-ce qui a changé pour vous?
Ma vie est totalement différente. J’ai enfin des horaires réguliers, avec les week-ends libres et des congés payés. C’est vraiment le luxe, pour moi.

Le retour à l’école a-t-il été un grand changement?
Oui bien sûr. Mais je trouve génial de faire travailler ma tête à nouveau. Je ne suis pas dans le même état d’esprit qu’autrefois par rapport à l’école. Je sais pourquoi je dois apprendre des choses et je suis aussi beaucoup plus ambitieuse. Je ne veux pas simplement réussir mon apprentissage, je veux le réussir bien.

Vous êtes en classe avec des jeunes. Comment le vivez-vous en tant qu’adulte?
Je l’avais d’abord un peu appréhendé, mais dès le début, c’est allé sans problèmes. Je suis bien intégrée dans la classe et les adolescents sont drôles, tout simplement. J’ai du plaisir à aller en cours.

Qu’est-ce qui est pour vous le plus difficile dans cette formation?
Réussir à gérer en même temps les enfants, l’école et le travail. Évidemment, je dois renoncer à beaucoup de choses en ce moment. Par exemple, je ne vois pas souvent mes amis. Mais ils comprennent pourquoi et me soutiennent dans ma démarche.

Comment réagissent les gens autour de vous lorsque vous expliquez que vous êtes en apprentissage à 36 ans?
Toutes les réactions ont été positives, sans exception. Personne n’a critiqué mon choix ou ne m’a demandé pourquoi je faisais cela. Ces réactions me confortent dans ce que je fais.

Vous aurez votre CFC dans une année. Avez-vous déjà des plans pour la suite?
Bien évidemment, je me réjouis beaucoup de travailler en tant que peintre. En même temps, je pense que l’école me manquera. Je n’exclus pas de me spécialiser plus tard, par exemple dans le domaine des couleurs ou de la tapisserie.

Conseilleriez-vous aux personnes qui ne possèdent pas de qualification de faire un diplôme?
Oui, à tous les coups. Mais on a besoin de soutien pour se lancer dans une telle démarche. Si personne ne nous motive derrière, c’est vraiment difficile de tenir jusqu’au bout.

Natalie Weyeneth

Âge: 36 ans
Titre visé:

Peintre CFC

CONDITIONS POUR OBTENIR UNE CERTIFICATION PROFESSIONNELLE À L’ÂGE ADULTE

Il existe en Suisse près de 250 formations professionnelles initiales. Les adultes peuvent eux aussi obtenir un certificat fédéral de capacité (CFC) ou une attestation fédérale de formation professionnelle (AFP) dans toutes les professions.

Pour obtenir une certification professionnelle, vous devez remplir les conditions suivantes:

  • Bonnes connaissances d’une langue nationale
  • Bonnes compétences de base
  • Motivation et persévérance


Témoignages

Témoignages