Grâce à nos collaborateurs qualifiés, nous améliorons nos performances

L’entrepreneur plâtrier Pepe Russo incite ses collaborateurs adultes qui en ont le potentiel à obtenir une certification professionnelle. Il nous explique quelle est sa motivation.

Monsieur Russo, lorsque vous avez repris l’affaire de vos parents avec votre frère il y a un peu plus de 10 ans, l’entreprise ne comptait qu’un seul plâtrier qualifié. Aucun autre employé n’avait suivi une formation professionnelle. Aujourd’hui, Giovanni Russo SA compte 24 plâtriers titulaires d’un CFC, et d’autres collaborateurs sont actuellement en formation. Comment s’est opéré ce changement?
Depuis que nous avons repris l’entreprise, nous encourageons nos employés à obtenir une certification professionnelle, même à l’âge adulte.

Pourquoi le faites-vous? C’est une démarche qui doit sûrement vous coûter cher en tant que chef d’entreprise.
C’est vrai, mais cet investissement est rentable non seulement pour les collaborateurs, mais aussi pour nous en tant qu’entreprise. Il est important pour nous de bien former notre personnel. Et ce, pour plusieurs raisons. La première est très simple: nous avons du mal à trouver de bons candidats pour assurer la relève. Actuellement, il n’y pas assez de jeunes qui font un apprentissage de plâtrier. Dans le même temps, nous avons besoin de plâtriers qualifiés. C’est pourquoi nous faisons en sorte que nos collaborateurs obtiennent une certification professionnelle.

Quelles sont les autres raisons qui vous amènent à vous engager en faveur de la certification professionnelle pour adultes?
Grâce à nos collaborateurs qui ont gagné en qualification, nous avons gagné en efficacité dans nos prestations. Nous voyons bien que ceux qui ont suivi la formation de plâtrier font moins d’erreurs et sont plus réceptifs aux notions de qualité et de sécurité. Dans le secteur de la construction, c’est primordial.

Comment est-ce que l’on s’y prend lorsque l’on veut former ses employés dans un but précis?
Pour chaque employé, nous élaborons un plan de développement individuel. Concrètement, nous discutons avec chacun et chacune de la manière dont il, ou elle, souhaite évoluer dans notre entreprise. Nous avons des collaborateurs qui ont débuté comme manœuvre chez nous. Ils ont fait ensuite un apprentissage de plâtrier, puis ont suivi la formation de chef d’équipe, et ils se forment aujourd’hui pour devenir contremaître.

Est-ce que vous aidez également vos collaborateurs à financer leur formation professionnelle?
Oui. Si nous le faisions pas, ils ne seraient pas beaucoup à pouvoir se payer la formation. La plupart ont une famille et ils ont besoin de toucher l’intégralité de leur salaire.

Quels coûts financez-vous en tant qu’entreprise?
Nous prenons en charge les coûts de l’école professionnelle. En général, les collaborateurs qui se lancent dans une formation restent employés chez nous avec le même taux d’occupation et continuent, par conséquent, à recevoir le même salaire tout au long de leur formation. Évidemment, ils sont absents de l’entreprise lorsqu’ils suivent les cours à l’école professionnelle, par exemple un jour par semaine. Nous comptons la moitié des absences comme du temps de travail. L’autre moitié est à la charge des collaborateurs, mais nous leur offrons la possibilité de compenser ces absences-là en faisant des heures supplémentaires chez nous sur plusieurs années. Certains employés doivent par ailleurs suivre des cours d’allemand avant de commencer leur apprentissage. S’ils obtiennent ensuite leur certification professionnelle, nous leur payons ces cours.   

Vous faites beaucoup pour vos collaborateurs. Est-ce uniquement parce que c’est intéressant pour vous financièrement parlant? Ou sentez-vous que vous avez une obligation sociale en tant que chef d’entreprise?
Il y a aussi cet aspect-là bien évidemment. Nous voulons redonner quelque chose à nos employés. Et une formation leur apporte une plus haute estime d’eux-mêmes, un meilleur salaire et des possibilités d’évolution dans notre entreprise. Parallèlement, ils sont mieux armés pour s’imposer sur le marché du travail.

Nombre d’entrepreneurs craignent cependant que leurs collaborateurs les quittent dès lors qu’ils se voient offrir de meilleures perspectives sur le marché du travail.
Notre expérience nous montre une autre réalité. Les collaborateurs font preuve de davantage de loyauté si on s’attache à les former. Mais même si un employé quittait l’entreprise Giovanni Russo SA à la fin de sa formation, je ne regretterais pas de l’avoir soutenu. Après tout, notre but, en incitant nos collaborateurs à obtenir une certification professionnelle, c’est aussi de faire quelque chose pour la branche des plâtriers en général.

Pepe Russo

Âge: 42 ans
Position:

Directeur de Giovanni Russo SA

CONDITIONS POUR OBTENIR UNE CERTIFICATION PROFESSIONNELLE À L’ÂGE ADULTE

Il existe en Suisse près de 250 formations professionnelles initiales. Les adultes peuvent eux aussi obtenir un certificat fédéral de capacité (CFC) ou une attestation fédérale de formation professionnelle (AFP) dans toutes les professions.

Pour obtenir une certification professionnelle, vous devez remplir les conditions suivantes:

  • Bonnes connaissances d’une langue nationale
  • Bonnes compétences de base
  • Motivation et persévérance


Témoignages

Témoignages