Grâce à mon apprentissage, j’ai davantage confiance en moi

Zaid Mchielay est arrivé d’Érythrée en Suisse vers l’âge de 25 ans. Bien qu’il travaille déjà depuis près de 10 ans en Suisse dans le secteur de la transformation de la viande pour la société Ernst Sutter SA, il a choisi d’effectuer une formation professionnelle initiale de boucher-charcutier avec attestation fédérale de formation professionnelle (AFP). Il nous explique pourquoi.

Monsieur Mchielay, vous êtes en Suisse depuis plus de dix ans et travaillez depuis longtemps dans le secteur de la transformation de la viande pour la société Ernst Sutter SA. Comment vous est venue l’idée d’une certification professionnelle?
Chez Ernst Sutter SA, il y a déjà d’autres adultes qui effectuent une formation professionnelle. Mes collègues m’en ont parlé et j’ai pensé que c’était une idée intéressante pour moi aussi. En Suisse, c’est important d’avoir une qualification professionnelle reconnue!

Certaines personnes ont dû mal à dire autour d’elles qu’elles effectuent une formation professionnelle à l’âge adulte. Est-ce aussi votre cas?
J’ai toujours des réactions positives quand je raconte à quelqu’un que je fais une AFP.

Aller à l’école en plus d’assumer des obligations familiales et professionnelles est tout sauf évident. Pourquoi teniez-vous malgré tout à faire cette formation?
J’aimerais être plus autonome dans mon travail et élargir mes connaissances sur la viande et son traitement. J’ai beaucoup appris jusqu’ici et je suis déjà clairement plus indépendant.

Comment vous sentez-vous dans votre formation?
La formation m’a plu dès le début. Depuis que j’ai commencé mon AFP, je peux changer de département tous les trois mois, ce qui me plait beaucoup. J’apprends ainsi à mieux connaître l’entreprise et les tâches de chaque département. Au début, cela n’a pas été facile à l’école; j’avais notamment du mal à comprendre le suisse allemand. Les branches techniques m’ont semblé sensiblement plus faciles que le cours d’allemand. Mais ce que je préfère par-dessus tout, c’est encore et toujours le travail (rires). 

L’école professionnelle vous a-t-elle permis d’améliorer votre maîtrise de la langue?
C’est certain! Je parle mieux l’allemand aujourd’hui qu’avant et je comprends beaucoup mieux le suisse allemand!  

Qui vous soutient pendant votre formation?
L’entreprise et, en particulier, mon maître d’apprentissage. Lorsque j’ai des questions et que j’ai besoin d’aide ou que je me prépare à un examen, il y a toujours des personnes prêtes à m’accorder une partie de leur temps.  

Votre employeur participe-t-il aussi financièrement à votre formation?
Oui, l’entreprise me paie les frais de cours et le transport. En outre, je n’ai aucune perte de salaire. On n’a pas abaissé mon salaire au niveau du salaire normal d’un apprenti. Sans cela, je n’aurais pas pu suivre une formation. J’ai une femme et trois enfants dont je dois m’occuper.

Qu’est-ce qui a changé pour vous depuis que vous suivez une formation?
J’ai gagné en assurance grâce à de nouvelles connaissances et à de plus grandes compétences dans mon domaine. C’est un sentiment agréable. En outre, l’idée de pouvoir continuer à ma former plus tard est pour moi une grande source de motivation.

Zaid Mchielay

Âge: 36 ans
Titre visé:

Boucher-charcutier AFP

CONDITIONS POUR OBTENIR UNE CERTIFICATION PROFESSIONNELLE À L’ÂGE ADULTE

Il existe en Suisse près de 250 formations professionnelles initiales. Les adultes peuvent eux aussi obtenir un certificat fédéral de capacité (CFC) ou une attestation fédérale de formation professionnelle (AFP) dans toutes les professions.

Pour obtenir une certification professionnelle, vous devez remplir les conditions suivantes:

  • Bonnes connaissances d’une langue nationale
  • Bonnes compétences de base
  • Motivation et persévérance


Témoignages

Témoignages